Voyager en 2025 sera plus cher : Lufthansa introduit une surtaxe pour sauver la planète !

Lufthansa instaure une surtaxe environnementale

À partir de janvier 2025, voyager avec Lufthansa au sein de l’Union européenne et d’autres régions inclura une surtaxe destinée à couvrir les coûts environnementaux croissants. Découvrez ce que cela implique pour vos futurs voyages.

Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

Le transport aérien est responsable de plus de 2% des émissions mondiales de carbone. Face à cette réalité, l’Union européenne a multiplié les législations pour réduire les émissions de carbone des compagnies aériennes depuis 2012, mais décarboniser ce secteur reste un défi majeur en raison du coût des alternatives plus écologiques.

  • Lufthansa utilise du carburant d’aviation durable (SAF) produit à partir de résidus biogéniques, tels que les huiles de cuisson et les graisses usagées.
  • Le SAF peut réduire les émissions de carbone de jusqu’à 80% par rapport aux carburants traditionnels.
  • Cependant, le coût de ce carburant est de deux à cinq fois plus élevé que celui des carburants fossiles, et sa disponibilité reste limitée.

La mise en place de la surtaxe

La surtaxe, qui varie de 1 € à 72 €, sera appliquée à tous les billets pour des vols au sein des 27 pays de l’Union européenne, ainsi que le Royaume-Uni, la Norvège et la Suisse. Cette mesure a été prise pour faire face à l’augmentation des coûts environnementaux et réglementaires :

  • En 2025, les réglementations de l’UE exigeront que les compagnies aériennes utilisent 2% de SAF.
  • Cette proportion augmentera progressivement pour atteindre 70% d’ici 2050.
  • D’autres coûts environnementaux incluent le système d’échange de quotas d’émission de l’UE (EU ETS) et le CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation).

Impact sur les passagers et réactions du secteur

Camille Mutrelle, experte en SAF à la Fédération Européenne des Transports et de l’Environnement, critique la transparence de Lufthansa concernant l’utilisation des fonds issus de cette surtaxe. Par ailleurs, Tim Johnson, directeur de la fondation britannique Aviation Environment Federation, souligne que cette initiative pourrait provoquer une réaction du public qui mettrait la pression sur les politiciens pour subventionner les coûts de décarbonisation du secteur aérien.

  • Les passagers économiques payeront une surcharge moindre par rapport aux classes supérieures, reflétant leur moindre impact environnemental relatif.
  • Scott Keyes, fondateur de Going (anciennement Scott’s Cheap Flights), prévoit que d’autres compagnies aériennes européennes pourraient suivre l’exemple de Lufthansa, bien que les compagnies américaines soient moins susceptibles d’adopter une telle mesure.